Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CE MOIS D'AVRIL - français - Haskovo 22 avril 2019

PDF
Imprimer
Envoyer

CE MOIS D’AVRIL

 

Le déluge de vie,

La générosité prodigieuse des plantes,

Les âmes aimées

Qui nous parlent différemment

Et cette intelligence du monde !

 

Ô vie, éternelle ou contingente,

Vie incompréhensible pour la raison,

Ô ma douce enfance

Qui ignorais les angoisses

De la géométrie et de l’algèbre !

 

Vie, voyages, patience, lecture,

Labeur, silence, chant

Et vaste aventure !

II.

Cai Lun, toi qui as offert aux hommes

Le papier de mûrier, de lin et de chanvre,

Toi qui as permis aux sages

Aux cheveux blancs

Comme l’écume de la mer,

D’inscrire pour l’éternité

Leur haut savoir !

 

La beauté liquide des peintures

De Kim En Joong,

Leur abstraction,

Leur quête du mystère divin

Et cette féerie de couleurs éclatantes,

Pures, délicates et limpides,

Vivacité des tons, frissonnante subtilité

Des contrastes !

 

Jaillissement de joie, bond de cœur,

Palpitation et élan de l’âme

Et cette grande vertu chrétienne

D’obéissance et de pauvreté

Dans l’ordre bienheureux

De la divine miséricorde !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 22 avril 2019

 

Glose :

 

Cai Lun (chinois traditionnel 蔡倫, dont le prénom social était Jìngzhòng (敬仲), est un eunuque haut fonctionnaire de la cour impériale chinoise pendant la dynastie des Han orientaux (206 av. J.-C. – 220 apr. J.-C.) .

Cai est un personnage célèbre de l'histoire chinoise car on lui attribue, par tradition, l'invention du papier, ou tout au moins l'amélioration de sa technique de fabrication. Il aurait eu l'idée, en l'an 105, de remplacer les supports anciens de l'écriture, c'est-à-dire les tablettes de bambou et la soie, par un papier réalisé à partir d'une pâte à base d'écorce d'arbres (notamment de mûrier à papier), de lin et de chanvre.

Le pouvoir impérial chinois a participé à forger la légende de Cai Lun (par le biais d'une biographie officielle), conduisant à en faire une sorte de divinité des papetiers. Un temple en son honneur aurait été érigé à Chengdu pendant la dynastie Song (960-1279).

Dans le grand public chinois actuel, Cai Lun personnifie le rôle de la Chine dans l'essor de l'industrie du papier.

 

 

Kim En Joong est un père dominicain et peintre coréen, né en Corée du sud en 1940 sous l’occupation japonaise.

En 1946, la famille de Kim En Joong s'installe à Taejon. C'est là que le garçon découvre, à l'âge de six ans, la couleur dans les imprimés abandonnés par les Japonais qui viennent de quitter la Corée. De 1947 à 1959, il fait ses études dans cette ville jusqu'au lycée, et il commence à pratiquer la calligraphie. À dix-sept ans, il suit les cours libres de dessin du lycée et prépare le concours d'entrée à l'école des beaux-arts de Séoul où il est admis en 1959.

Libéré des obligations militaires en 1965, il obtient un poste d'assistant en cours de dessin du petit séminaire catholique de Séoul où il découvre le catholicisme. Il est baptisé en 1967.

Kim En Joong arrive en Europe en 1969. D'abord étudiant en philosophie en Suisse, puis novice au couvent des dominicains de Fribourg, il est encouragé dans la religion catholique et soutenu dans son talent de peintre par les pères Pfister et Geiger, qui lui conseillent d'aller à Paris et facilitent son transfert pour continuer sa vie d'apostolat et d'artiste peintre.

Il est ordonné prêtre en 1974 et assigné au couvent de l’Annonciation au 222, rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris où il vit et travaille.