Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

IDYLLE AUX BLEUETS - français

PDF
Imprimer
Envoyer

IDYLLE AUX BLEUETS

« Glad did I live and gladly die”

(“Heureux j’ai vécu et heureux je meurs)

Stevenson, Requiem

 

Des bleuets, des bleuets, des bleuets

Et ces mésanges enchanteresses

Dans les verts rameaux des trembles timides !

 

Et toi, ange du matin, l’ange de la pure élégance,

Âme aérienne fiancée avec le vent,

Tu avances avec grâce dans la longue allée

Qui mène en descendant à la mer,

Tout le bleu du ciel dans tes prunelles !

 

Et ma stupéfaction pleine de gratitude

Dans cette diaphane brume

Qui flotte dans mon cœur émerveillé

Avec cet amour qui n’espère pas être aimé !

 

Moi l’homme familier des secrets de la triple nuit,

Je rêve à présent aux mains translucides

De mon ange qui me permettent

De me regarder face à face avec moi-même !

 

Ah, pourquoi ne puis-je avoir

L’éblouissant talent et le style fulgurant

Te Tymnès, du grand Méléagre

Et de Philippe de Macédoine ?

 

Moi, amis aimés, qui aime et ne sais rien faire d’autre !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 15 mai 2019

 

Glose :

 

Robert Louis Stevenson, né le 13 novembre 1850 à Édimbourg et mort le 3 décembre 1894 à Vailima, est un écrivain écossais et un grand voyageur, célèbre pour son roman L'Île au trésor, pour sa nouvelle L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde et pour son récit Voyage avec un âne dans les Cévennes.

Tymnès : on pense que ce poète fut un contemporain de Méléagre, qui l’introduit dans sa Couronne sous le signe du peuplier blanc.

 

Méléagre de Gadara (en grec ancien : Μελέαγρος / Meléagros) est un poète grec né vers 140 av. J.-C. à Gadara dans la Jordanie actuelle, et mort vers 60 av. J.-C. à Cos.

La vie de Méléagre de Gadara est mal connue. Il semble avoir grandi à Tyr avant de partir pour Cos où il reçut le droit de cité. On connaît de lui 132 poèmes, qui sont dans leur immense majorité des épigrammes concernant  les relations amoureuses. Il a aussi laissé des épitaphes.  Une partie de son œuvre est perdue : il semble qu'il ait aussi écrit des ouvrages philosophiques et des satires imitées de son concitoyen le cynique Ménippe  de Gadara.

Vers 100 av. J.-C., il publia la Couronne (Στέφανος / Stéphanos). L'élégie qui sert d'introduction donne l'explication de ce titre : le recueil est une « couronne tressée de poètes » (ὑμνοθετᾶν στέφανον / humnothetãn stéphanon), chacun étant représenté par une fleur, un fruit ou une plante. C'est une anthologie de poèmes grecs depuis le  VIIe siècle av. J.-C. jusqu'aux « jeunes pousses nouvellement écrites » (ἔρνεα νεόγραφα / érnea neógrapha), comprenant les « perce-neige » (λευκόια / leukóia) de Méléagre lui-même.

La Couronne, elle aussi perdue, fut un modèle, en même temps que la source, de nombreuses autres anthologies semblables jusqu'à l’Anthologie palatine et l’Anthologie de Panude composées à l'époque médiévale et regroupées dans l'Anthologie grecque. C'est à partir de ces recueils que l'on peut imaginer à quoi ressemblait la Couronne de Méléagre.

 

Philippe de Thessalonique (ier siècle de notre ère) est un poète et écrivain grec.

Il est l'auteur d'une anthologie d’épigrammes qui se situe dans la continuation de celle compilée par Méléagre de Gadara 400 ans plus tôt et qu'il a appelée La Guirlande de Philippe.

Cette anthologie a permis la conservation d'un bon nombre de pièces de l'époque romaine. Il est aussi l'auteur de 72 épigrammes conservées dans l'Anthologie grecque.