Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le kokedama - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LE KOKEDAMA

 

De ses mains d’azur,

L’aérienne Noriko,

Dans des fines poteries antiques,

Sur une élégante sphère de tendre mousse,

Rayonnante de bonheur,

Installe avec une grâce austère les plantes

Soigneusement choisies.

 

Ce regard de piété pure,

Ces gestes de hâte exaltée,

Noriko, le feu vivant,

La beauté éblouissante,

L’image de la blanche vigueur !

 

Elle, la lumière adoucie de ma journée,

Le soleil voilé des montagnes,

L’anémone timide de l’aube,

La gracieuse narcisse des heures ,

L’amie des divinités ancestrales !

 

Elle qui songe d’atteindre la perfection

Dans l’exquise géométrie

De ses subtils ornements

Et l’algèbre raffinée de ses mots !

 

Ô notre parenté immémoriale avec les étoiles

Et cette échange intime, profonde, perpétuelle

Entre le monde et la poésie qui dit ce monde !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 16 mai 2019

 

Glose :

Le kokedama (苔玉?), une « sphère de mousse » sur laquelle s'épanouit une plantes, est apparu au Japon au début des années 1990.

Dans les grandes villes japonaises, on trouve des fleuristes spécialisés dans les kokedama ou des espaces consacrés au kokedama dans certains grands magasins.

Cette mise en situation très particulière des plantes met celles-ci en valeur et la mousse donne un aspect très naturel à la conception. Le kokedama trouve son origine dans le mariage de plusieurs techniques ancestrales existantes au Japon. On peut en citer trois principales :

  • Nearai : association de plantes sauvages placées sur un dôme de terreau de petite taille (10 à 15 cm) posé dans une poterie traditionnelle.
  • Kusamono : association de plantes de saison implantées dans une poterie artisanale laquelle est posée sur un jiita (地板?) (tranche de bois très ancien laquée). Les kusamono sont dits plantes d'accompagnement car placés à côté d'un bonsaï pour indiquer la saison.
  • Bonsaï : arbre contraint à rester de petite taille et planté dans une poterie traditionnelle.

Le bonsaï véhicule l’image - stéréotypée - d’une personne d’âge mûr, en retraite qui consacre une grande partie de son temps à s’occuper minutieusement de ses chers arbres nains. Cette image d'Épinal a évolué, grâce à ce que l’on appelle le modern bonsaï. Il reste que les techniques mises en œuvre et le temps qu'il faut consacrer pour entretenir un bonsaï les réservent aux amateurs avertis. De ce constat est né le kokedama. En effet, créer un kokedama est un véritable plaisir et son entretien est réduit puisqu'il faut simplement le baigner et le vaporiser régulièrement. En effet, très proches de la nature, les japonais créent leur kokedama à partir de plantes qu'ils vont chercher dans la forêt ou en montagne.

Le bonsaï traditionnel demande également un lieu d'exposition spécifique dit tokonoma. Durant la période Muromachi (1333 - 1573), existait une place dans les habitations chez la classe supérieure où était placée une table basse portant des encens ou des fleurs au-dessus de laquelle un dessin bouddhiste avait été placé. Cet emplacement a évolué en alcôve avec un plan élevé pour remplacer la table. Puis le caractère religieux a disparu. Cette alcôve est toujours utilisée dans les maisons traditionnelles, en tant que place idéale pour admirer un changement de saison en accrochant un kakemono et en posant des compositions ikebana ou un bonsaï devant. Le kakemono évoque un lieu (forêt, rivière, cascade, rizière, etc.)

Aussi, si l’on ne dispose pas du traditionnel tokonoma, on peut tout simplement utiliser le kokedama comme composition végétale décorative. Ce plaisir de création et de décoration, associé à sa facilité d'entretien et cette proximité avec la nature correspond plus aux aspirations des nouvelles générations et a suscité un véritable engouement au Japon.

 

ENGLISH :

 

Kokedama

 

With azure hands

and austere grace,

ethereal Noriko,

beaming with happiness,

places carefully chosen plants

into fine old pieces of pottery

upon an elegant sphere of tender moss.

 

Her look of pure piety,

her gestures of excited haste,

Noriko, the living fire,

the dazzling beauty,

the image of innocent vigour!

 

She is the mild light of my day,

the veiled sun of the mountains,

the timid anemone of the dawn,

the graceful narcissus of the hours,

the friend of ancestral deities!

 

She who dreams of reaching perfection

in the exquisite geometry

of her subtle ornamentations

and the refined algebra of her words!

 

O our immemorial kinship with the stars

and this intimate exchange, deep and perpetual

between the world and the poetry which speaks the world!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Vendredi, 17 Mai 2019 18:51 )