Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le retable d'Issenheim - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LE RETABLE D’ISSENHEIM !

Ange, dis-moi, ange,

Comment chanter la vertigineuse beauté,

L’éblouissante splendeur

Du retable d’Issenheim !

 

Dis-moi par quels mots somptueux

Exalter son merveilleux peintre,

L’énigmatique Matthias Grünewald

Et son sculpteur magicien Nicolas de Haguenau !

 

Ô mon cœur, incline ton orgueil
Devant ce magnifique

Devant ce monumental polyptique.

 

Rêves et frayeurs,

Force de la brièveté des mots,

Larmes de pierre

Devant les révélations de la mystique !

 

Concert des Anges,

Incarnation du Fils de Dieu

Toucher le bonheur de ses yeux éblouis !

Respirer la pénombre suave

Qui flotte sur toutes ces figures !

 

Mon frère en beauté Grünewald,

Toi qui as su dire le nom secret

Des êtres tourmentés  et des choses saintes !

Toi, le génie et la lucidité

Logés à demeure dans ton

Virtuose pinceau !

 

Fulgurance et pénétration,

Humilité et compassion,

Folie et témérité des couleurs,

Farouche volonté de se surpasser

En latitude et longitude,

Œil vivace et pétillant du vrai créateur !

 

Le bonheur inénarrable

 

Révélé dans un clignement des yeux,

 

Toucher l’histoire à vif –

Cette nécessité fondamentale

De la pure sainteté !

Comprendre l’harmonie changeante du monde !

 

Ô retable, habitacle de la clarté,

Demeure de la lumière inaccessible,

Abyme du regard !

 

Ô retable !

 

Ce jour est sans fin !

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 4 juillet 2019

Glose :

Le retable d’Issenheim (ou d’Isenheim), consacré à saint Antoine le Grand provient du couvent des Antonins à Issenheim, au sud de Colmar, où il ornait le maître-autel de l’église de la préceptorerie (Charge, dignité de précepteur chez les templiers et les chevaliers de Malte)

Il est l’œuvre de deux grands maîtres allemands du gothique tardif : le peintre Matthias Grünewald, dont il constitue le chef-d’œuvre, pour les panneaux peints (1512-1516), et Nicolas de Haguenau pour la partie sculptée antérieure (autour de 1490).

Le retable est constitué d’un ensemble de plusieurs panneaux peints qui s’articulent autour d’une caisse centrale composée de sculptures.

Il comporte des scènes d’une intensité dramatique peu commune et tout à fait exceptionnelle pour son époque. Le fantastique n’en est pas exclu – ce qui rapprocherait Grünewald de Bosch –, ni un maniérisme qui font de cet artiste un génie isolé et presque inclassable.

L'étonnante modernité de l'œuvre a fasciné de nombreux artistes français et étrangers, parmi lesquels le peintre japonais Itsuki Yanai, qui a passé plus de vingt ans à copier le tableau original, ou Gérard Titus-Carmel,  qui a longtemps dialogué avec le retable à travers une série de tableaux intitulée « Suite Grünewald ».

Antoine le Grand, également connu comme Antoine d'ÉgypteAntoine l'Ermite ou encore Antoine du désert, est un moine considéré comme le père du monachisme chrétien. Sa vie nous est connue par le récit qu'en a fait saint Athanase d’Alexandrie vers 360. Il serait né vers 251 et mort vers 356, à l'âge de 105 ans, entre les bras de ses deux disciples, Macaire l’Ancien, ou Macaire d'Égypte, et Amathas.

Il est fêté sous le nom de saint Antoine le 17 janvier par les catholiques et les orthodoxes.

 

Matthias Grünewald, né probablement à Wurtzbourg, en Bavière, v. 1475–1480 et mort à Halle, en Saxe-Anhalt, en 1528, est un peintre et ingénieur hydraulique allemand de la Renaissance, contemporain d'Albrecht Dürer.

.