Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Chanter, respirer, être - français

PDF
Imprimer
Envoyer

CHANTER, RESPIRER, ÊTRE

Chanter, respirer, être

Près de son âme,

Au-delà des larmes de son corps

 

Ô ange, c’est par mon âme

Que j’aime ton âme d’aurore !

Ah la beauté de ton regard

Qui sourd de la profondeur de Dieu.

 

Tourner avec une aisance souveraine

Ses yeux vers le ciel !

 

Ô Mère de mon Seigneur,

Épurée de toute pesanteur,

Vêtue d’une tunique

Couleur de la nuit obscure,

Essuie mes larmes de ton manteau

Brodé de chardons, symboles célestes

De tes souffrances.

 

Toi, étoile de la beauté rédemptrice,

Pose aujourd’hui ta main de bonté

Sur les plaies douloureuses de mon cœur !

Ô mon ange, agenouillés

Devant la Piéta d’Enguerrand Quarton,

Laissons circuler

Librement le temps entre la terre et le ciel,

Entre nos regards

Et la lumineuse douceur de la Beauté !

 

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 11 juillet 2019

Glose :

Enguerrand Quarton (1410/15 – 1466) : nous ne possédons que quelques informations éparses sur la vie d'Enguerrand Quarton. Il est né dans le diocèse de Laon, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Reims (France). Son nom était initialement Charreton, mais sa vie de peintre s'étant essentiellement déroulée dans le sud de la France où dominait la langue d'oc, la prononciation locale a induit une adaptation. Ce peintre est donc connu sous le patronyme de Quarton ou Carton.

Sa formation reste hypothétique ; il est probable que la proximité des Flandres lui a permis de connaître les œuvres de Robert Campin (le maître de Flémalle), de Jan Van Eyck et Rogier van der Weyden Sans cet acquis des primitifs flamands, il est impensable qu'il ait pu peindre ses propres retables. En 1444, il s'installe dans le sud de la France, peut-être pour fuir les troubles que la fin de la guerre de cent ans occasionnait dans le nord. Il séjourne d'abord à Aix, puis à Arles et enfin à Avignon où il passera le reste de sa vie. Des documents attestent de son activité de peintre ou d'enlumineur pour la bourgeoisie, la noblesse ou le clergé local : sept contrats sont connus de 1446 à 1466.Certains auteurs pensent qu'il a voyagé en Italie aux environs de 1450.

Les documents historiques concernant Quarton étant tous relatifs à son activité de peintre, on ignore tout de sa vie privée. S'est-il marié ? A-t-il eu des enfants ? Nul ne le sait à ce jour. Il meurt probablement en 1466, année du dernier document contractuel le concernant. Une épidémie de peste frappe la Provence cette année-là et il est possible qu'il en ait été victime.

La Piéta est son chef-d’œuvre absolu.